MES DONS

Mot de passe oublié

Nous vous enverrons un lien de réinitialisation de mot de passe à l'adresse e-mail.

Phone is not valid

Réinitialiser le mot de passe

Les mots de passe ne correspondent pas
CRÉER UN COMPTE

CONFIDENTIALITÉ:

Les renseignements personnels fournis sont réservés exclusivement au Comité exécutif et ne sont diffusés à aucune tierce partie sans votre accord ci-dessous.
[*] Champs obligatoires .

Vue Globale

Réseaux SOCIAUX

Adresse

Diplôme(s) obtenu(s)

Ajouter

Supprimer

Profession actuelle

Ajouter +

Supprimer

Combien d'années avez-vous passé à Champville? *

Are you a Champville graduate?

Avez-vous des enfants actuellement à Champville? *

Dans quelles activités souhaiteriez-vous être impliqués? *

requis

Comment pouvez-vous contribuer à l’Amicale? *

requis

Informations de compte ( laissez vide si vous ne souhaitez pas changer le mot de passe )

Passwords do not match
Tous les champs sont requis

Vue Globale

Les remous de la Révolution de 1789, en France, accentuent les besoins urgents et généralisés de catéchèse et d'éducation chrétienne dans les campagnes.

Un jeune vicaire de 28 ans, fraîchement arrivé dans sa paroisse rurale de La Valla (Loire) au sud-est de Lyon, entreprend une action pour y faire face.

Il invite deux jeunes gens de bonne volonté et déjà résolus, à vivre en communauté et à se préparer à leur future mission, en gagnant leur pain par un travail artisanal. C'était le 2 Janvier 1817 ; l'abbé Marcellin Champagnat fondait ainsi très modestement l'Institut religieux laïque des « Petits Frères de Marie ».

La devise de son Institut est :
« Tout à Jésus par Marie. Tout à Marie pour Jésus »
Sa spiritualité : La disponibilité mariale, et le sens de l'Église.
Son esprit : La simplicité évangélique, et l'entente fraternelle.
Sa mission : Le zèle apostolique, l'éducation des jeunes, et l'attention aux moins favorisés.

Le Père Marcellin Champagnat a consacré toutes ses forces, jusqu'à ses 51 ans (20 mai 1789–06 juin 1840), à la culture spirituelle, religieuse et pédagogique de ses Frères, et au développement de l'Institut.

Il a été canonisé à Rome par le pape Jean-Paul II, le 18 avril 1999. 
En 1863, le Saint-Siège a approuvé l'Institut et l'a inscrit officiellement sous le nom de « Frères Maristes des Écoles ».
L'authenticité et la bienveillance par lesquelles les Frères Maristes veulent caractériser leurs relations, entre eux et à l'égard de tous, s'enracinent dans les trois vertus mariales d'humilité, de simplicité et de modestie. Celles-ci sont symboliquement évoquées par trois petites violettes. 

PRÉSENCE MARISTE AU MOYEN-ORIENT 
En fondant son Institut, le Père Marcellin Champagnat lui a donné une portée missionnaire et apostolique. Il disait à ses Frères : « Tous les diocèses du monde entrent dans nos vues. » C'est pourquoi il n'a pas hésité, ainsi que ses successeurs, à répondre aux demandes sollicitées par les différentes congrégations et par plusieurs autorités ecclésiales à travers le monde entier. En effet, à trois reprises et à peu de distance d'intervalle, vont se succéder des Frères permettant ainsi d'agir en faveur de l'apostolat au Proche-Orient :

1re implantation : de 1868 à 1875, durant l'occupation ottomane.
2e implantation : de 1895 à 1914, sous l'occupation ottomane également.
3e implantation : de 1919 à nos jours.

Particularités de cette présence
Les Frères Maristes, au Moyen-Orient, ont d'abord travaillé comme membres du corps professoral dans des séminaires et des collèges tenus par des congrégations de prêtres (Jésuites, Lazaristes, Capucins, Carmes, Pères de Sion, Franciscains), ou appartenant à des Patriarcats catholiques de rites orientaux (Maronite, Arménien-Catholique, Grec-Catholique), dans les pays suivants :
-Au Liban (1868-1875, puis à partir de 1895).
-En Égypte(1898), en Turquie(1900), en Irak(1902), en Palestine(1904), et en Syrie(1904).

D'autre part, les communautés maristes ont également exercé leur mission éducative dans des établissements loués ou gracieusement prêtés par des particuliers, des organismes officiels, des évêchés et des congrégations religieuses.

Parallèlement, quelques maisons et écoles ont été directement fondées par les Frères, devenant ainsi la propriété de l'Institut.

1re implantation
En 1868, cinq Frères d'abord, et trois autres l'année suivante, furent envoyés pour aider les Pères Jésuites au séminaire-collège de Ghazir (Caza du Kesrouan) et à leur collège de Beyrouth.
Mais, au bout de sept ans, une pénurie de sujets, liée en partie aux séquelles de la guerre franco-allemande de 1870-1871, entraîna leur retrait en 1875.
Les circonstances devinrent plus favorables vingt ans plus tard.

2e implantation
En 1895, des Frères furent envoyés au Liban : cinq chez les Pères Lazaristes à Antoura (Caza du Kesrouan), et l'année d'après cinq autres chez les Pères Jésuites à Beyrouth. Chaque année, trois, quatre, ou cinq Frères arrivaient. 
En 1898, les Frères prennent en charge une école primaire dans des locaux appartenant à des particuliers, à Jounieh (Caza du Kesrouan).
En 1900, ils sont chargés, des écoles à Amchit (Caza de Jbeil), Achkout (Caza du Kesrouan), et à Baabdath (Caza du Metn).
En 1903, quelques Frères sont sollicités, soit pour :
-collaborer au séminaire patriarcal des Maronites à Kfarhay (Caza de Batroun), et au séminaire Arménien-catholique à Bzommar (Caza de Kesrouan) ;
-diriger des écoles à Michmich (Caza de Jbeil), et à Baskinta (Caza du Metn) ;
-inaugurer leur nouveau « Collège du Sacré-Cœur » à Jounieh, de même que leur future maison provinciale, « Notre Dame du Liban », à Amchit (1898-1900), construction terminée à temps pour recevoir déjà un groupe de jeunes Frères exilés. C'est ainsi que vingt jeunes Frères, dix novices, six postulants, et sept juvénistes viennent au Liban avec leur maître de formation. Les jeunes continuent leurs études à Amchit ; d'autres jeunes, des Libanais, se joignent à eux.

En 1904, diverses Communautés demandent l'aide des Frères :<br> 
-Les Pères de Sion, en Palestine.
-La Communauté Arménienne-Catholique, dans leur collège d'Alep, en Syrie.
-La Communauté Maronite, au séminaire patriarcal de Roumieh (Caza du Kesrouan).
-Les Pères Jésuites, à Bikfaya (Caza du Metn) et à Saïda (Caza de Saïda) dans leur école primaire. En 1908, ils les chargent du « Collège Saint-Louis », à Saïda ; ce collège leur sera ensuite vendu en 1924.

En outre, les Frères prennent la responsabilité de plusieurs écoles dans différentes régions : à Batroun, à Hadath, à Deir el-Kamar, à Beit-Chebab et à Zahlé.
En 1908, les Frères ouvrent leur école « Notre Dame de Lourdes » à Jbeil.
En 1911, deux Frères de la Province de Syrie vont fonder une école à Betafo, à Madagascar.
En 1914, Les Turcs chassent les étrangers et transforment les écoles en casernes. Les Frères syriens et libanais sont obligés de s'exiler en Italie, à Bairo, près de Turin.

3e implantation
En 1920, vingt Frères seulement ont pu revenir d'Europe. Ils choisissent de ne rouvrir que neuf écoles : en Syrie (Alep et Damas) et au Liban (Batroun, Amchit, Jbeil, Jounieh, Deir el-Kamar, Saïda et Zahlé). Des Frères vont arriver de nouveau, et des jeunes Syriens et Libanais entrent dans l'Institut.

En 1939, les Frères au Liban et en Syrie sont au nombre de 90. La Seconde Guerre mondiale les ramène à 40 ; c'est pourquoi les Frères ont dû se retirer définitivement de Batroun (1952) et de Deir el-Kamar (1954) et arrêter leur enseignement dans les collèges secondaires d'Alep et de Damas, nationalisées en 1967.

L'année 1961 a connu le transfert du « Collège Saint-Louis » de Saïda à Rmeyleh sous le nom de « Notre Dame de Fatima ». Ce collège a atteint les 2000 élèves, comprenant environ 50% de chrétiens et 50% de musulmans.

En 1973, des affrontements ont éclaté au Liban, et en 1975, s'est déclenchée une longue guerre, suivie par l'occupation militaire israélienne du Liban-Sud, en 1983 et 1984. Mais en mars 1985, et avec le retrait des Israéliens, beaucoup de chrétiens quittent cette région, et le collège de Rmeyleh est occupé par des miliciens qui le transforment en caserne jusqu'en 1994.

En 1966, le Collège du Sacré-Cœur de Jounieh est transféré à Dik el-Mehdi (Caza du Metn), sous le nom de « Champville » (Champagnat-ville). 

Situation actuelle des Frères Maristes au Proche-Orient
Actuellement, les Frères Maristes, malgré leur nombre très réduit, continuent d'assurer leur mission spirituelle et éducative auprès de la jeunesse, aidés par des laïcs engagés.

- À Alep (Syrie), une Fraternité de trois Frères assure une présence mariste auprès de la population chrétienne (catéchèse, mouvements de jeunesse, animation liturgique).
- À Jbeil et Amchit (Liban), quatre Frères, aidés par des laïcs, veillent sur l'éducation spirituelle et humaine de quelque 1900 enfants et jeunes, de la Maternelle à la Terminale.
- À Champville (Dik el-Mehdi, Liban), six Frères, aidés aussi par des laïcs soucieux de prodiguer une bonne formation chrétienne et humaine auprès de la jeunesse libanaise, veillent à la réalisation du rêve du Saint Fondateur : « Former de bons chrétiens et de vertueux citoyens ». Cette formation est assurée à plus de 3140 élèves, des classes maternelles aux classes terminales. 
- À Rmeyleh, le collège « Notre Dame de Fatima » a besoin d'une grande restauration avant de pouvoir rouvrir ses portes pour accueillir une jeunesse assoiffée d'une présence mariste très particulière. 
- Le centre de Faraya, situé à une altitude de 1250 mètres, sous le nom de « Foyer Champagnat », accueille (été comme hiver) des groupes de jeunes ou d'adultes désireux de recevoir ou d'approfondir leurs formations humaine, chrétienne, culturelle, pédagogique et particulièrement mariste.

De 1868 à nos jours, un beau travail apostolique a été réalisé. Les archives du Secteur Proche-Orient Mariste conservent les fiches individuelles de plusieurs Frères qui ont œuvré au Proche-Orient. Leur action apostolique accomplie, ils ont passé à d'autres le flambeau de l'apostolat, leur laissant la tâche à accomplir, celle prévue par La Divine Providence.

Il est bon de mentionner aussi cette empreinte particulière dont sont marqués les élèves des Frères Maristes : simplicité, contact aisé, franchise, reconnaissance, goût du travail bien fait.

Avec leur cachet marial et leur esprit mariste, les Frères s'insèrent dans la mission éducative primordiale de l'Église au Proche-Orient. Ils invitent des jeunes gens à se joindre généreusement à eux, pour qu'en continuant l'œuvre du Père Champagnat, ils contribuent à développer une foi vivante dans la communauté des fidèles et à promouvoir une éducation chrétienne qui imprègne la vie et l'action des jeunes.

Ainsi préparés, ceux-ci pourront assurer leurs responsabilités dans une région fertile en références historiques et située à la rencontre des civilisations, pour réaliser une société de tolérance mutuelle et de coexistence dynamique.

Message du président

Le bagage, tant au niveau académique qu’au niveau éducatif que nous avons acquis au cours de notre parcours scolaire à Champville, a fait de nous les hommes et femmes de la société que nous sommes aujourd’hui. Nous devons beaucoup à ce Collège !

C’est avec un esprit de reconnaissance que, nous les membres de ce comité, avons adhéré à cette Amicale, pour qu’avec votre aide à tous, vous les Anciens élèves de Champville et votre support, nous puissions créer des rencontres, nous rappeler le bon vieux temps et surtout essayer d’aider et de conseiller les élèves de notre Collège avant leur départ dans la vie...

Prouver encore une fois que les Maristes ont vraiment percé dans la société !

Chacun des membres de notre comité représente trois promos et constitue le lien entre ces promos et l’Amicale, en vue d’une meilleure coordination des projets à réaliser et une synergie à créer entre tous les Anciens.

L’Amicale, de par ses statuts, jouit d’une autonomie financière, sa trésorerie étant totalement indépendante de celle du Collège.

Nos projets sociaux, financés par les Anciens, vont jouir d’une transparence totale et complète, et auront pour but principal une aide directe aux élèves dans le besoin à tous les niveaux.

Ensemble, nous aspirons à exploiter le potentiel que nous formons, nous tous réunis et solidaires, forts de cette richesse d’esprit qui nous caractérise.

Comité

Member Image

Hicham Ragheb

Promo 1999

President
Member Image
Bernard Nasr
Promo 1985
Vice-président
Member Image
Rita Nasr
Promo 2006
Secrétaire général
Member Image
Joelle Abi Rached Haddad
Promo 1992
Trésorier
Member Image
Corine Rouhana Abi Nader
Promo 1982
Comptable
Member Image
Armen Kaloustian
Coordinateur Amicale - Collège
Member Image
Georges Sfeir
Promo 1960
Membre
Member Image
Paul Makhlouf
Promo 1975
Membre
Member Image
Youssef Awkar
Promo 1988
Membre
Member Image
Jinane Bteich Sfeir
Promo 1998
Membre
Member Image
Ziad Khoury
Promo 2002
Membre
Member Image
Mazen Yachoui
Promo 2008
Membre
Member Image
Farah Doumit
Promo 2014
Membre
Member Image
Andrea Sarkis
Promo 2017
Membre
Member Image
Myra Esta Sarkis
Promo 1987
Présidente
Member Image
Hicham Ragheb
Promo 1999
Vice-président
Member Image
Bernard Nasr
Promo 1985
Secrétaire général
Member Image
Georges Sfeir
Promo 1960
Trésorier
Member Image
Jinane Bteich Sfeir
Promo 1998
Comptable
Member Image
Joseph Balian
Promo 1967
Membre
Member Image
Paul Makhlouf
Promo 1975
Member
Member Image
Bettina Bachour Nehme
Promo 1982
Membre
Member Image
Tarek Semaan
Promo 1988
Membre
Member Image
Zeina Risha
Promo 1992
Membre
Member Image
Antoine HANA
Promo 2004
Membre
Member Image
Marianne Doumit
Promo 2009
Membre
Member Image
Elias Hebbo
Promo 2014
Membre
Advertisement Image